Toil'd'épices, pour tout savoir sur les épices, condiments et herbes aromatiques

Soupe piquante au poulet

De Toildepices

Ingrédients

  • Un poulet fermier de 800 g (pour 6)
  • une boîte de crème de coco pour la soupe et une boîte pour l'huile de cuisson des épices
  • une cuillère à soupe d'huile végétale
  • une gousse d'Ail entière
  • deux Oignons
  • sel
  • nuoc mam
  • 1 cac de purée de Piment pour soupe piquante (en vente en épiceries asiatiques)
  • 2 Citronnelles fraîches
  • 3-4 rondelles de Galanga fraîche
  • 1 Combava ou trois feuilles (au choix)

Recette

Faire réduire la boîte de crème de coco dans une casserole au feux doux après l'ébulition - et à découvert pendant ce temps, découper le poulet en petits morceaux (exemple - couper en deux les pilons - en deux les ailes etc.) Passer à la moulinette, la gousse d'ail épluchée couper les oignons en quartiers laver et fendre les citronnelles en deux après les avoir découpées en deux

Lorsque la crème de coco aura rendu l'huile ; on obtiendra un fond crémeux recouvert par une couche d'huile. Sans éteindre le feux, verser le hâchis d'ail + la cuillerée à café de purée de piment pour soupe piquante tourner vite, parce que l'huile de coco brûlera assez vite (le feux doit être moyen) - laisser dégager les arômes de l'ail, du piment et de la crème de coco pour que le tout dore un peu avant d'éteindre le feux et réserver la base de la soupe.

Dans une cocotte, faire revenir les morceaux de poulet - saler - verser le contenu de la boîte de crème de coco - ajouter les citronnelles et la galanga. Faire cuire le poulet à point dans la crème de coco - assaisonner avec une cuillère à soupe de nuôc mam - ajouter éventuellement une pincée de sucre pour adoucir le goût.

5 mn avant la fin de la cuisson du poulet, verser la base de la soupe (huile de coco pimentée) allongée d'un volume d'eau equivalent à la crème coco utilisée et laisser infuser les arômes dans la soupe. Ajouter ensuite les quartiers d'oignons qui ne doivent pas être trop cuits pour préserver les vertus et le parfum. Ils servent également de légumes pour le plat. Une fois tout feux éteints, plonger le fruit de combawa dans la soupe. A défaut, déchirer trois feuilles de combawa nettoyées (le fait de les déchirer permettra de dégager plus les arômes de l'épice). On ne fait jamais cuire cette épice. Lorsqu'on doit réchauffer le plat, il convient donc d'enlever le fruit et le jeter avant de faire bouillir la soupe.

Servir avec du riz. On peut varier le met en ajoutant dans le bouillon des pommes de terre. On s'éloigne un peu de la recette d'origine ; les pommes de terre n'étant pas courant au Laos et rares. Au pays, les laos en consomment avec un vermicel de riz sur un lit de salades coupées en lamelles fines - composées de papaye verte - fleur de bananier - liserons d'eau - salade batavia - germes de soja frais et des pousses de bambous cuits - A la capitale royale (Luang-prabang) , on a l'habitude d'accompagner la soupe d'une galette soufflée de riz gluant séché légèrement salée (cuite dans l'huile de friture).

Un délice raffiné et digne d'un met royal.


En guise de fines herbes pour accompagner la soupe : des feuilles de menthe fraîches, des feuilles de ciboules fraîches et des haricots longs (kilomètre) crus. On les croque, ces fines herbes, au fur et à mesure de la dégustation.

Il est connu que les plats laos sont équilibrés et très sains, parce que très complets.

C'est une épice délicieusement parfumée qui stimule et parfume agréablement les soupes et mets raffinées de l'Asie, notamment du sud-est. (Paroles d'une lao en France).


Commentaires sur Facebook