Toil'd'épices, pour tout savoir sur les épices, condiments et herbes aromatiques

Les Hollandais et le VOC

De Toildepices

De 1500 à 1560, les Hollandais contrôlent le commerce des épices pour tout le nord de l'Europe, et cela avec l'accord des portugais. Mais en 1568, Philippe II d'Espagne envahit les Pays Bas.

En 1583, les Hollandais arrivent à déloger les espagnols des provinces calvinistes du nord mais pas des provinces septentrionales catholiques.

En 1588, la défaite espagnole permet aux hollandais de lancer des expéditions sur les côtes africaines grâce à Linschoten qui embarque sur un bateau portugais et ramène les cartes des routes secrètes.

Dès 1595, les marchands d'Amsterdam financent une expédition aux Indes. Ils reviennent avec une cargaison impressionnante : 254 sacs de poivre, 45 tonnes de muscade, 30 ballots de fleurs de muscade. Ce fut le début de la ruée vers l'est, déclenchant une rivalité entre les divers marchands hollandais.


Aux Indes, les hollandais prennent le dessus par la ruse : ils se présentent comme de pacifiques marchands et gagnent, ainsi, la confiance des locaux. De plus comme les hollandais étaient de plus performants marins que les portugais, et comme les princes locaux désiraient se libérer de la pression des portugais / espagnols, les hollandais n'eurent aucun problème à s'imposer aux Indes, mais les populations locales durent vite le regretter…


En 1602, le VOC (Vereenigde Oost-Indische Compagnie - Compagnie unifiée des Indes Orientales) est fondé pour limiter les querelles entre marchands : c'est un regroupement des marchands hollandais qui permet de partager les frais, risques et bénéfices du commerce des épices. Le VOC se voit attribuer d'importants pouvoirs comme le droit de guerroyer avec le Portugal et l'Espagne aux Indes, mais cela à ses frais. Grâce au VOC, l'empire colonial hollandais et le monopole hollandais du commerce des épices fut créé. Dès lors, comme ils sont en bonne position à Colombo, java, et à l'approche des Moluques, ils abandonnent leurs manières pacifiques et prennent ainsi Bornéo, les Célèbes et les Moluques.

Dans la période 1600-1650, les hollandais chassent les portugais de Ceylan, des Moluques, des îles Banda. Ils forment un blocus autour de Malacca (qui tombera en 1641), portant un coup décisif aux portugais) et se basent à Batavia (actuellement Djakarta sur île de Java). Les prix furent sont fixés par le VOC et le real d'argent (monnaie espagnole) imposé comme devise pour casser le système du troc traditionnel. Ils forcèrent ainsi les indigènes à acheter des aliments et des vêtements de mauvaise qualité auprès de la compagnie. Ils luttèrent pour rompre les activités commerciales entre la Chine et le Portugal ou l'Angleterre, en allant jusqu'à des actes de piraterie.


A cette époque, toute l'Europe sait que les arabes faisaient d'immenses bénéfices sur la majorité des épices comme la cannelle, la cardamome, le poivre qui poussent à profusion dans toute l'Asie. Par contre, les cours de la muscade et de la girofle restent élevés car ces épices ne poussent que sur les quelques îles de l'archipel des Moluques. Les hollandais qui l'ont bien compris limitent les îles productrices pour garder les cours au plus haut. Ainsi, ils arrachent les muscadiers et girofliers passant de 7 îles productrices à trois seulement : Amboine, Ternate et Banda dans les Moluques. Ils éliminent les réticences des indigènes en les remplaçant par des colons (la population des Moluques passe de 15 000 à 600 en 15 ans. Les cargaisons sont transportées jusqu'à Batavia.

En 1620, ils brûlèrent, libérant d'écœurantes vapeurs, des quantités impressionnantes d'épices dans les rues d'Amsterdam, et en Indonésie pour maintenir le cours des épices en Europe. En 1664, Ceylan est abandonnée aux hollandais

Etrangement, Il n'est pas évident que le maintien par la force du monopole des épices fut bénéfique pour la Hollande; au XVIII ème siécle, ils étaient fortement déficitaires...


Lire la suite de l'Histoire du commerce des épices : La France, l'Angleterre et les autres


Commentaires sur Facebook