Toil'd'épices, pour tout savoir sur les épices, condiments et herbes aromatiques

Truffe noire

De Toildepices

Truffe noire - Tuber melanosporum Vittadini
Alim (-) ; Cond (-) ; 

Alimentaire, Aromatique, Colorant, Cosmetique, Condimentaire, Culturel, Industriel, Matériaux, Medicinal, Ornemental
Bois, Bulbe, Ecorce, Feuille, Fleur, Fruit, Graine, Tige, Racine, Resine, Rhizome

Diamant de la Cuisine
Brillat-Savarin
Pomme féérique
George Sand
Négresse Reine
Émile Goudeau
Gemme des Terres pauvres
Colette
Perle noire
Fulbert Dumonteil

Ce champignon, fleuron de la cuisine française, pousse dans le midi de la France, en Provence et surtout dans le Périgord. La truffe noire vie en symbiose avec des arbres, souvent un chêne. Elle forme des truffières qui se révèlent par une zone "désertique" autour de l'arbre hôte (encore nommée "brûler"). La raison de cette zone sans végétation est mal connue, mais plusieurs hypothèses s'affrontent : toxique secrété par la truffe, captation de toute de l'eau disponible...

En hiver, la récolte de la truffe se fait avec l'aide d'un animal traditionnellement un cochon, ou plutôt une truie, mais de plus en plus souvent on dresse des chiens qui malmènent moins les truffes. Un coléoptère, le babaou en provençal ou Suilla gigantea pour les scientifiques, aide à la localisation des truffes car il volète au dessus pour y pondre.

L'odeur si appréciée de la truffe n'a pas pour but de satisfaire nos palais de gastronomes mais d'attirer les animaux fouisseurs pour qu'ils dispersent les spores du champignons.

Utilisée crue ou cuite, la truffe est de plus en plus cuisinée dans des préparations simples pour mettre sa flaveur en avant sans la dénaturer. L'une des meilleures façons de profiter de la truffe est une omelette !


Sommaire

Pratique

En cuisine

Recettes parfumées
Chocolat chaudGlace à la vanille et aux truffesTrüffelleberwurstVelouté de céleri Demi-deuil

Condiments et Mélanges d'épices
 pas de recettes disponibles

Choisir, Conserver

A la maison

Cultiver

modes de cultures

Parasites et maladies

Transmettre et enseigner

Histoire et Ethnologie

Historique

Champignon européen pour les variétés les plus appréciées, les truffes sont déjà dégustées, confites dans la graisse d'oie, dès l'ancienne Egypte. Elle est aussi reconnue par les Grecs et les Romains antiques, mais sa nature est très mystérieuse :

végétal sans racines, engendré par les pluies orageuses d'automne
Théophraste (372-287 avant J.C.)
Puisqu'au cours des orages, des flammes sortent de vapeurs humides, quoi d'étonnant à ce que la foudre en frappant le sol donne naissance aux truffes, qui ne ressemblent pas à des plantes
Plutarque (50 - 125 apres JC)

A cause de ces mythes, la truffe est considérée comme diabolique et finit par tomber dans l'oubli au Moyen-Age. Elle ne reviendra sur les tables qu'à l'approche de la renaissance. Dans un premier temps seule la truffe de bourgogne (Tuber uncinatum) est admise à la table royale. La truffe noire du Périgord (Tuber melanosporum) n'apparaît que sous François Ier, puis elle retombe dans l'oubli pour revenir en cuisine sous Louis XIV.

Jusqu'au XVIIIème, la nature de la truffe reste inconnue : excrément de la terre, concrétion de la bave des sorcières… En 1729 Pietro Antonio Micheli, botaniste italien, mets en évidence les similitudes de la truffe avec les champignons grâce au microscope. Mais la vérité fût dure à faire admettre...

Au XIXème siècle, la truffe connaît un grand essor de commercialisation. Il est dû au phylloxera qui forçat les vignerons à se reconvertir dans le ramassage et la vente des truffes sauvages. Les premiers essais de plantations de chênaies truffières fûrent tentés mais sans grand succès. Ce n'est que au XXème siècle grâce aux études de l'INRA et de l'ANVAR que la production de plants truffiers (déjà mycorhizés) commence réellement…

Croyances, légendes et mythes

Elle est considérée comme aphrodisiaque depuis l'antiquité :

elle peut en certaines occasions,

rendre les femmes plus tendres

et les hommes plus aimables
A.Dumas

Cette vertu est peut-être causée par l'odeur musquée de la truffe. A la base cette odeur imite les phéromones des sanglier pour attirer les laies.



Iconographie

Photos
Mel 01.jpg Mag 02.jpg

Dessins
pas d'images disponibles


Linguistique

Noms et traductions

Truffe noire
Tuber melanosporum Vittadini


Etymologie

  • Truffe de l'ancien provençal "trufa", lui-même de tuber. Elle a donné son nom au personnage italien Tartuffo qui nous revient grâce à Molière dans "Tartuffe".
  • Tuber : latin classique désignant un champignon souterrain ou toute excroissance souterraine (donne aussi truffe, tubercule, truffade d'un ancien nom de la pomme de terre...)
  • Rabasse : augmentatif péjoratif de raba (rave), étendu à toutes les " racines ". (Cévennes, Causses). N'étant qu'un produit de cueillette elle est considérée comme un légume de pauvre jusqu'à sa promotion en tant que produit de luxe aux XVIII/XIXème siècle.
  • Melanosporum : du grec spora et melaz "à spores noirs"


Sciences

Botanique

Description

Tuber melanosporum Vittadini - Famille des Tubéracées

Champignon,

Pousse dans des sols secs et calcaires, en symbiose avec le chêne pubescent (Quercus pubescens), plus rarement avec d'autres arbres (chêne vert, noisetier - plus rapidement productifs…).

Carpophore souterrain, grossièrement sphérique de 3 à 5cm de diamètre, bosselé.

Chaire veiné de blanc à maturité.


Pour aller plus loin

Commentaires sur Facebook

Discussions sur le forum de Toil'd'Épices

Liens




<references />

Outils personnels